Japan's world


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Higurashi no naku koro ni

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cind'
Fondatrice
Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 12/06/2009
Age : 21
Localisation : Hinamizawa

MessageSujet: Higurashi no naku koro ni   Jeu 13 Aoû - 14:06

Version française : Hinamizawa, le Village Maudit
Studios : Studio Deen
Genre : Seinen, Drame, Horreur, Train de vie, Fantastique, Psychologique
Nombre d'épisodes : 26 + 24 + 6 OAV
Diffusion : Premier épisode diffusé le 4 Avril 2006, dernier le 17 Décembre 2007

Maebara Keichi, un jeune lycée menant une vie paisible, emménage dans le village d’Hinamizawa, un hameau perdu dans le japon profond. Pour poursuivre ses études, il intègre la seule école du village, qui mélange tous les âges et toutes les classes à cause du faible nombre d’élèves et de professeurs disponibles. Rapidement, il se lie d’amitié avec des camarades de classe : Mion Sonozaki, Rena Ryûgu, Rika Furude et Satoko Hôjo vivent des jours paisibles en compagnie de leur nouveau camarade. Mais lentement, la paranoïa met fin aux jours heureux...

Les openings très réussis jouent beaucoup pour l'immersion dans la série. Ici Rika dans une pose des plus explicites : elle tient un masque pour cacher sa véritable importance dans la série, mais elle en est la clé.

Peu à peu, Keichi découvre un lourd secret qui pèse sur le village : une sombre histoire de meurtres, de crimes atroces et de disparitions, tous liés à un projet de construction de barrage stoppé brusquement en amont du village. Il en parle naturellement à ses amies, mais celles-ci évitent le sujet, et coupent court à la conversation. Celles-ci semblent pourtant bien plus impliquées qu’on ne le croirait. C’est alors que la tension monte, la paranoïa s'installe peu à peu, sombrant dans l’horreur la plus indécente pour finalement s’achever dans une brusque et macabre conclusion. Le premier arc est explicite et met les choses au clair : Higurashi no Naku koro ni est une série déconseillée aux âmes sensibles, tortueuse et souvent choquante, où le bonheur tourne rapidement au vinaigre et où personne n'est véritablement ce qu'il semble être. Incontestablement la série la plus marquante de la rentrée 2006, et pour cause : son aspect graphique peut en berner plus d’un, mais Higurashi est bel et bien un animé d’horreur (et d’ailleurs la réalisation générale est plutôt soignée, c'est son style qui prête à confusion). Une horreur qui se transmet surtout par l’ambiance, et la violence des scènes qui éclatent lorsque l’on s’y attend le moins. Le tout baigné dans une tension grimpante et un mystère omniprésent, sans jamais atteindre le fantastique mais en l’effleurant du bout des doigts : un cocktail malsain et haletant.

Certaines scènes sont à la limite du supportable, les plus atroces se passant même d'images pour choquer (la scène de torture de Satoko est par exemple bouleversante mais peu explicite).

La série elle-même est divisée en une suite d'arcs à priori totalement indépendants qui racontent les évènements troublants du village d'Hinamizawa sous des angles différents ou dans des circonstances totalement changées. Le point fort de cette série est cette division en plusieurs petites histoires indépendantes, mettant en scène les mêmes personnages, le même fond scénaristique mais avec un développement différent. Chacun de ces arcs, développé avec plus ou moins de brio, comporte quatre épisodes qui suivent un déroulement commun. Le premier est introduit par une scène particulièrement atroce : massacre, découverte macabre, de quoi vous jeter l’ambiance oppressante dans la figure sans crier gare. Puis l’épisode affiche une ambiance bonne enfant, pleine d’amitié et de jours heureux, et c’est aussi dans ce premier épisode que l’intrigue apparaît : Commencement. Le deuxième est déjà clairement moins gai. L’intrigue s’étoffe, les questions se posent, un évènement déclenche un début de tension : Secret. Le troisième chute dans la tension omniprésente. Les mystères ne sont pas éclaircis, mais la peur et la paranoïa sont partout, et les personnages deviennent effrayants, l’ambiance prend toute son ampleur : Suspicion. Le quatrième épisode : Distorsion. La tension explose, et plonge les personnages dans l’horreur choquante. Les évènements de bousculent et s’entrechoquent, et laissent soudainement paraître une conclusion inattendue, soudaine et macabre. Tragédie qui finit toujours par une mort tranchante et soudaine. Un topo plutôt intéressant, pour une série qui vaut vraiment le coup d’œil, même si après certains arcs peu explicites certains décrocheront rapidement de la série.

La folie qui dévore les personnages un à un donne lieu à des scènes mémorables et parfois très dures. Les jumelles Shion/Mion restent les personnages les plus marquants de la série.

Mais la série ne fait pas uniquement dans le massacre de sang froid, comme le prouvent les second et troisième arcs qui se complètent avec la descente aux enfers de Shion, soeur jumelle de Mion qui apparaît plus tard dans la série. Cherchant désespérément à retrouver Satoshi, un jeune garçon dont elle est tombée éperdument amoureuse, elle glissera peu à peu dans la folie psychopathe et la paranoïa la plus indécente devant son incapacité à résoudre le mystère de sa disparition et à trouver des réponses à ses questions. Guidée par un désespoir mêlé de folie, et par l'amour, elle tentera à tout prix de faire parler ses proches, hurlant au complot, même si pour ça elle doit user des méthodes les plus abominables et manipuler son entourage. Il faut dire que les anciens du village cachent un sombre secret qui n'est transmis que dans les familles qui dirigent le village, chacun des arcs apportant des indices à son propos sans jamais le mettre en lumière. La première saison n'apporte aucun réelle réponse et se contente de poser de nombreuses questions : des meurtres sont commis sans motif et sans coupable, les disparitions inexplicables se multiplient, la folie s'empare du village tout entier et le complot tant mystifié se fait de plus en plus tangible. Tous les protagonistes de la série tomberont à leur tour dans la folie au fil des arcs, que ce soit pour Keichi, Shion ou la gentille Rena (qui est devenue l'emblème de la série avec son hachoir), tous ont tué. Des comportements extrêmes qui ne trouveront une explication que bien plus tard, parfois dans la saison suivante, ou pas du tout, nous laissant alors le soin de reconstituer le puzzle complexe lié aux festival annuels qui animent le village. Le casting de personnage n'en reste pas moins varié et intéréssant, le fait de savoir que leur apparences cachent de terribles secrets inavouables joue beaucoup dans l'attachement qu'on leur porte. Les voir sombrer dans la folie meurtrière lors d'un arc et être impuissants face à la chute de leur amis dans un autre ajoute aussi quelque chose de spécial à leur personnalité, comme s'ils pouvaient eux-même témoigner de cette expérience qui les a menés jusqu'à la mort.

Les périodes de paix et de bonheur ont toujours une fin. En dépit de son apprence, Satoko est couramment battue par son oncle, qui pourrait être à l'origine de la disparition de Satoshi, son frère qui la défendait face à lui. Satoko est le personnage le plus fragile psychologiquement, ses plaintes bouleversées en font la victime la plus déchirante.

Les premières réponses ne sont apportée que dans la seconde saison, Higurashi no Naku koro ni Kai, et alors que la psychologie était au centre de tout le fantastique fait son apparition, toujours de manière subtile et indirecte, et quelques éclaircissement apparaissent alors qu'une multitude d'autres questions se posent. Une seule chose devient certaine : la petite Rika Furude, jeune prêtresse du temple du village, est au centre de tout. Passive et impuissante, elle assiste à tous ces spectacles macabres, s'y trouvant parfois directement impliquée, comme enfermée dans un cycle de réincarnation macabre. Le mystère Higurashi n'est pas près d'être résolu et éveille les passions, le succès de la série n'est aujourd'hui plus à démontrer. Déjà diffusée sur une multitude de supports (romans, visual novels et albums musicaux), la série entretiens toujours le mystère qui l'englobe. Une adaptation live est même prévue prochainement et d'autres jeux vidéo, romans et séries sont à envisager.

Malgré ce succès qui n'est plus à démontrer, la série bénéficie d'une animation très moyenne et d'un travail musical agréable, mais pas exceptionnel. A vrai dire, jusqu'à moment où les choses sérieuses commencent il est impossible de prédire que la série va sombrer dans l'horreur : le chara-design est simple, les couleurs vives et expressives et quelques scènes d'humour viennent même ponctuer ces premiers instants. Une simplicité qui n'enlève pourtant rien à la cohérence et la violence psychologique des évènements dramatiques qui se produisent et du mystère qui entoure la série. Les traits du dessin prennent un aspect presque caricatural pour représenter le visage terrible de la folie, certaines scènes particulièrement violentes utilisant même une censure graphique lors des scènes les plus terribles (je pense notamment à un suicide atroce au couteau de cuisine, il fallait vraiment oser : le principe est simple : plaquez fermement l'ustensile sur un mur et balancez-y des coups de tête frénétiques... abominable). Les apparences sont donc trompeuses : Higurashi est réservée à un public adulte résolument mature, la violence croissante n'est q'un masque qui cache les pièces du puzzle qu'il nous faut rassembler pour reconnaître le vrai du faux et résoudre l'énigme qui entour le village maudit. L'opening et l'ending participent aussi pleinement à cette ambiance, chacun d'eux étant très différent de l'autre mais étant tout aussi sombre et oppressant. Des génériques très soignés qui sont un réel plaisir pour l'oeil et les oreilles. j'aime tout particulièrement l'ending de la première saison, Why, or Why not, qui clos les épisodes en beauté.


*De nemecyrus*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://japansworld.forumactif.com
eyeshield21/kiba
Membre
Membre
avatar

Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 21
Localisation : 34

MessageSujet: Re: Higurashi no naku koro ni   Sam 7 Nov - 19:09

ta du courage d'ecrire tout sa cheers
Revenir en haut Aller en bas
6Rainbow9
Membre
Membre


Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 98
Localisation : Rhône (69), ouais, ouais, presque a côté du Japon en somme :o)...

MessageSujet: Re: Higurashi no naku koro ni   Sam 7 Nov - 19:36


Magnifique descriptif
, moi qui cherchait une série de ce genre!
Je pense que je vais me mettre à la visionner au plus vite ;)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Higurashi no naku koro ni   

Revenir en haut Aller en bas
 
Higurashi no naku koro ni
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Higurashi no Naku Koro ni
» [Animé] Higurashi no Naku Koro ni (Hinamizawa: le Village Maudit)
» Le Sanglot des Cigales / Higurashi No Naku Koro Ni (visual-novel). Démo française légale et gratuite en ligne.
» Higurashi no Naku Koro ni Kai
» [Visual Novel] Higurashi no naku koro ni (Le sanglot des cigales)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Japan's world :: Les Animes :: Les discussions-
Sauter vers: