Japan's world


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Kingdom Hearts I.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Génis
Moderateur
Moderateur
avatar

Date d'inscription : 12/06/2009
Age : 20
Localisation : Assis sur un banc en pleine nuit ,attendant une personne...

MessageSujet: Kingdom Hearts I.   Dim 14 Juin - 19:01

Prologue :

Dynamique mélange de deux univers somme toute pas si opposés, Kingdom Hearts est très vite devenu un des nombreux piliers Square dans un monde vidéoludique en pleine expansion. Reprenant de célèbres ingrédients du RPG et les mélangeant aux savoureuses idées du désormais incontournable Tetsuya Nomura, Kingdom Hearts plonge le joueur dans des tonalités enfantines très marquées par une claire frontière entre le Bien et le Mal.
L’apparition des plus célèbres figures des Final Fantasy dans le jeu, telles que Cloud, Squall (renommé Léon pour l’occasion) ou bien Aerith, ainsi que l’enchanteresse ambiance Disney lui permit de très vite se tailler une place dans le cœur des joueurs.

Histoire :

http://i88.www.servimg.com/u/f88/12/78/45/10/presen46.jpg

http://i88.www.servimg.com/u/f88/12/78/45/10/presen47.jpg

A l’abri de tout danger, Sora vit paisiblement sur son île aux côtés de ses amis Riku et Kairi, deux jeunes enfants en quête de découverte. Cependant, alors que Sora est assailli par des rêves étranges, un violent orage secoue l’île et de sombres créatures apparaissent soudainement.
Effrayé et perdu, Sora arrive néanmoins à retrouver son ami Riku qui disparaît aussitôt, englouti par une fumée noire et inquiétante. De nouveau isolé, Sora découvre avec stupeur qu’une arme en forme de clé, la « Keyblade », se dresse dans ses mains, et qu’elle seule semble venir à bout des créatures envahissant l’île. Se battant en vain contre une tempête de plus en plus féroce et destructrice, Sora sombre avec son île dans les Ténèbres. Se réveillant dans un monde inconnu, il fait la rencontre de Donald et Dingo, envoyés par leur roi en quête du « Porteur de la Clé ».
Partis ensemble à la recherche de Riku et Kairi, les trois protagonistes découvrent que les mondes s’éteignent un à un, entraînant avec eux les êtres qui les habitent…
Kingdom Hearts accorde une majeure partie de son scénario à l’Amitié et au contraste Bien/Mal, symbolisé par la Lumière et les Ténèbres. Partant sur des bases de vie joyeuses, l’histoire de Kingdom Hearts plonge dans un déroulement mêlant Destruction, Désillusion, Orgueil et Jalousie, jusqu’à naviguer dans un final quasi-apocalyptique. Cependant, les multiples rencontres et les palpitantes aventures qui parsèment le jeu offrent une vision positive et optimiste du Cœur et des sentiments. Cet aspect est d’ailleurs renforcé par une magie étincelante, qui accorde au moindre détail un fidèle respect pour l’univers Disney.

Graphismes :

Profitant donc d’un univers artistique déjà acquis par Disney, Tetsuya Nomura se charge d’y mêler ses idées nippones, caractérisées par un design assez moderne. Le résultat est étonnant de fluidité. Les personnages dits « inventés » sont parfaitement insérés dans le jeu grâce à un chara-design enfantin et attrayant, et les personnages Disney tels Alice, Merlin ou bien Peter Pan sont en parfait accord avec ceux-ci. Par ailleurs, il est important de signaler que les retouches apportées aux personnages issus des univers Final Fantasy sont d’une classe et d’une beauté difficilement non admirables. En effet, Cloud n’a jamais paru si puissant et tourmenté, tandis que Cid Highwind dévoile enfin pleinement son côté terre-à-terre et mécano. Il est aussi amusant de noter certains « retournements de design » opérés aux trois personnages principaux à leur arrivée dans certains mondes, telle l’Atlantide de La Petite Sirène. De leur côté, les mondes sont travaillés de façon à retranscrire fidèlement l’univers Disney dont ils sont issus, et c’est ainsi avec plaisir que l’on redécouvre l’Agrabah d’Aladdin, la Ville d’Halloween de Jack Skellington, ou bien encore la Jungle de Tarzan. Cependant, Nomura n’en reste pas là et propose de lui-même des mondes inédits issus de sa créativité. Eux aussi se mêlent habilement à l’univers Disney. Les ennemis, nommés « Sans-cœur », participent également énormément à la création de cet aspect un peu simpliste car, exempts de tout détail gênant, ils se caractérisent par un design soigné et arrondi très agréable et séduisant pour l’œil du joueur. De plus, la profusion de détails 2D durant les combats tels les objets HP verts et ronds ou bien les Munnies, la monnaie du jeu, est telle que le seul fait de venir à bout d’un ennemi devient un plaisir. La modélisation des personnages est excellente et ne peine que par quelques malheureuses expressions faciales vides de sentiment et par des textures quelquefois un peu ternes. Cependant, le travail effectué de ce côté-là est parfaitement appréciable, surtout à la vue des capacités de la console de Sony.

Un peu plus de détails :

http://i88.www.servimg.com/u/f88/12/78/45/10/presen48.jpg

http://i88.www.servimg.com/u/f88/12/78/45/10/presen49.jpg

Débutant avec douceur sur une île paradisiaque où les couleurs et les fruits fourmillent en abondance, Kingdom Hearts est un plaisir visuel d’une durée de soixante heures environ où quatorze mondes différents vous attendent, tous d’une richesse assez incroyable. Passant du Terrier du Lapin Blanc d’Alice à la baleine Monstro de Pinocchio, Nomura et Disney n’hésitent pas à offrir au joueur un large éventail de goûts, comme le montre la présence de la Ville d’Halloween (issue du féerique film de Tim Burton), mais aussi le Bateau Pirate de Peter Pan. Quelques mondes exclusivement créés pour le jeu sont aussi au rendez-vous, telle la Ville de Traverse ou bien Hollow Bastion. De nombreuses quêtes parsèment ces mondes et toutes permettent d’acquérir des objets plutôt rares : la quête Trinité nous lance à la recherche de symboles Trio de différentes couleurs un peu partout dans les mondes, le Colisée d’Hercule nous projette dans l’arène des Gladiateurs et les Bolets Sans-coeurs sont d’une sympathie assez amusante. Une sorte de mini-jeu vous attendra d’ailleurs au tournant : le mode Gummi. En effet, Kingdom Hearts vous permet de voyager entre les mondes à l’intérieur d’un petit vaisseau semblable à un Lego, que vous pouvez au préalable assembler à l’aide de blocs ramassés par-ci par-là. Bien que linéaire et assez grossier, ce mini-jeu est un moyen de se détendre entre deux aventures.

Gameplay :

Expérimenté dans le domaine du RPG, Square en reprend ici les grandes lignes et inclut dans le jeu un système d’expérience, de compétences, d’argent récolté suite aux combats, ainsi que les très connus HP / MP (les HP représentant la vie du joueur, les MP permettant au joueur de se servir de sorts magiques). Ne s’arrêtant pas là et se penchant vers un côté plus dynamique et instinctif que les FF, Nomura offre au joueur un Action-RPG dont les combats en temps réel offrent une rapidité et une puissance très respectables. Le visuel des combats réside en deux ou trois cadrans, l’un en bas à gauche de l’écran présentant les différentes actions possibles par le joueur (« Attaquer », « Magie », « Objets », ou bien encore une autre, aléatoire), l’autre en bas à droite de l’écran incarnant les informations nécessaires à un bon combat : le niveau de vie (HP), et le niveau de magie (MP), et puis un autre cadran s’affichant en haut à gauche avec l’activation de certaines compétences. Les coups portés sont impressionnants et les magies, bien que faiblardes à la vue des possibilités offertes par les attaques spéciales telles que l’Aquilon ou bien les Arcanes, demeurent efficaces selon les situations. Les magies sont d’ailleurs mises en avant grâce à un système de raccourcis très utile. De plus, les invocations ne sont pas mises de côté et participent à la construction du gameplay : en effet, quelques personnages Disney tels que Simba ou Bambi vous accompagneront dans votre aventure sous forme d’invocations que vous pourrez appeler une fois par combat en échange de quelques MP. Il est aussi intéressant de remarquer l’intention des développeurs de faire participer les divers personnages des mondes sur lesquels vous atterrissez puisqu’au moins un d’entre eux pourra se joindre à votre équipe lors de votre séjour en son monde. Malheureusement, ce bel aspect reste gâché par une caméra parfois mal placée et peut-être trop excitée qui, contre un ennemi acharné, peut vous coûter la vie.

Réalisation et Animation :

http://i88.www.servimg.com/u/f88/12/78/45/10/presen50.jpg

http://i88.www.servimg.com/u/f88/12/78/45/10/presen51.jpg

Le jeu étant destiné aux plus jeunes comme aux plus grands, il est évident que l’humour doit s’y tailler une place tout au long de l’aventure, et c’est principalement dans la réalisation que celui-ci opère. En effet, nombreuses sont les scènes présentant un Donald hors de lui et amusants sont les passages où les gags tiennent les rennes, notamment lorsque l’animation remplit parfaitement son rôle, ce qui semble être majoritairement le cas dans les grandes lignes du jeu.
Les personnages marchent avec fluidité, rient avec aisance, et les combats éclatent de toutes parts sans laisser un personnage inanimé dans un coin.

Ambiance Sonore :

Composées par Yoko Shimomura, les musiques de Kingdom Hearts oscillent entre douceur, fraîcheur et sévérité. Les mélodies composées au piano font doucement glisser le joueur dans la thématique de l’Amitié et de l’Evasion, tandis que les lourds chœurs de Destati l’entraînent dans un enchaînement plutôt noir et inquiétant, en totale opposition à ce que l’on rencontre dans les grandes lignes du jeu. Et, tout comme le chara-design des personnages, les musiques s’inspirent et retranscrivent parfaitement les univers dont elles sont extraites. Le rythme soutenu des combats est aussi dû à ses musiques qui, réjouissantes et très peu lassantes, permettent de se plonger dans un état de fureur de vaincre assez palpitant. Il faut aussi noter que la chanteuse de J-Pop Utada Hikaru livre ici un titre inédit dont deux versions sont proposées : l’une rapide accompagnant la scène d’introduction, et une autre plus longue qui suit la scène de fin.
Le jeu français est totalement doublé dans la langue de Molière et la qualité n’est pas à négliger : Disney ayant un long passé dans le domaine du doublage, il était certain que l’on obtienne un résultat de qualité pour le jeu français, chose rare dans le monde vidéoludique. Quant aux bruitages et autres sons parvenant aux oreilles de Sora, tous se lancent dans la voie du dessin animé et remplissent parfaitement leur rôle.

Conclusion :

En définitive, Kingdom Hearts est une splendide traversée d’un univers visuel épanouissant et séduisant, et offre aux plus jeunes comme aux plus nostalgiques le moyen de se plonger à corps perdu dans une quête entre Ténèbres et Lumière.

ps:ceci est un copié collé de Kingdom Hearts Destiny!
Bonne lecture!
Revenir en haut Aller en bas
 
Kingdom Hearts I.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kingdom hearts
» Kingdom hearts
» Kingdom Hearts 358/2 Days
» Kurt Zisa Kingdom Hearts
» [Tokyo Disney Resort] Une statue Kingdom Hearts à Ikspiari

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Japan's world :: Les Jeux vidéos :: Les discussions-
Sauter vers: